Archives de
Auteur : FannyB

Etre bien chez soi, « lovely home sweet home »

Etre bien chez soi, « lovely home sweet home »

Coucou les p’tits loups (et les louves 😉 )

 

Aujourd’hui j’ai envie de vous partager quelques petites astuces afin de se sentir encore mieux chez soi. Quand je vivais en région parisienne, mon appartement n’était pas très accueillant (rez-de-chaussée sombre) et je me suis rendue compte que je pouvais rendre ce lieu bien plus agréable en y amenant quelques changements.

Etre bien chez soi est pour moi un élément fondamental de notre bien-être. On passe tellement de temps à son domicile qu’il est primordial de s’y sentir bien, à l’aise, comme dans un refuge douillet, d’en faire un lieu à l’abri du chaos du monde. Notre maison devient une part importante de nous, ça devient notre intérieur. Alors faisons en un havre de paix 🙂

 

Stimuler sa sensorialité

 

Quand on entre quelque part, on est de suite « saisis » par les odeurs, les couleurs, la chaleur/le froid. La sensorialité nous fait parvenir les premières informations lors d’une situation. C’est pour cela qu’il me semble important de complimenter ses sens.

 

L’odorat

Avoir un chez-soi qui sent bon c’est quand même bien sympa. Pour cela, on peut utiliser un diffuseur d’huiles essentielles (j’en raffole!) ou de parfum, un brûle-parfum ou bien brûler de l’encens. L’aération est aussi importante, sentir le renfermé ou l’humidité c’est pas top!

 

La vue

On peut également jouer sur la vue en adoptant par exemple un éclairage doux. Il existe pour cela des lampes de couleur (ou tout simplement des abats-jours colorés qui diffuseront une lumière à leur couleur) ou des bougies pour une ambiance intimiste et zen. On peut aussi ravir ses yeux (et son odorat) en décorant sa maison avec des fleurs ou de jolies choses colorées ou élégantes.

eclairage-tamise-maison

L’ouïe

Pour finir sur la sensorialité, je parlerai musique. Je ne peux pas être chez moi sans un minimum de musique d’ambiance. La musique adoucit les moeurs et permet de se créer un petit univers, une atmosphère bien particulière. On la choisit en fonction de son humeur et on veille à ne pas déranger les voisins ;-).

 

La thermoception (ressentir la température)

Pour avoir chaud, surtout lorsqu’on a du carrelage, on n’hésite pas à mettre un joli tapis qui carressera nos pieds nus et qui sera un objet de décoration apprécié. On peut également mettre des rideaux aux fenêtres afin de se protéger du froid et d’être bien chez soi. On n’hésite pas à acheter un petit plaid tout doux pour parfaire notre joli nid douillet les longues soirées d’hiver.

 

Dépolluer

 

Avoir des plantes dépolluantes

On en parle de plus en plus, il s’agit de plantes dépolluantes qui assainissent l’air de la maison. En effet, l’air que nous respirons chez nous est rempli de substances toxiques invisibles et nocives pour nos organismes. Grâce au mécanisme suivant, certaines plantes sont capables de purifier l’air: la plante absorde les composants chimiques grâce à son feuillage. Ces composants sont ensuite transformés en matière organique active grâce au système racinaire de la plante. Ensuite, la plante émet du dioxyde de carbone beaucoup plus sain que ce qu’elle a absorbé.

Parmi les plus réputées on trouve: le ficus, le philodendron, la fougère, l’aréca, le calathea et bien d’autres encore….

 

plante-depolluante-maison

Stopper la télévision

Je vais peut-être me faire des ennemis mais je considère la télévision comme un poison, une pollution sonore et visuelle. Dès que l’on est quelque part et que la télé est allumée, on ne peut s’empêcher d’avoir le réflexe de tourner la tête, d’écouter sans le vouloir et même lorsque cela ne nous intéresse pas vraiment. Cela empoisonne les relations avec les autres et avec soi-même. Bien entendu, il existe des émissions, documentaires ou films instructifs, drôles, divertissants ou encore invitant à la réflexion. Je critique plutôt l’idée d’allumer la télé pour s’occuper et de zapper juqu’à trouver un « truc » sur lequel on reste par défaut.

Lorsque l’on se déshabitue de la télé on se rend compte que l’on a alors bien plus de temps pour soi, pour faire ce que l’on aime, pour les autres mais aussi et surtout pour pouvoir penser!! Et puis, n’est-ce pas plus agréable d’écouter une musique sympa que d’entendre les « sons » de la télé?

 

notes-musique

Penser l’espace

L’espace de notre chez-nous est un peu à l’image de notre Moi, de notre monde psychique. Alors pourquoi ne pas le faire évoluer en même temps que notre cheminement et notre évolution mentale? Il ne faut pas hésiter à changer les meubles et objets de décoration de place, et pourquoi pas changer de « thème » de déco lorsque l’envie s’en fait sentir. Le bon coin est alors notre ami pour revendre nos vieux meubles et en acheter de « nouveaux » à moindre coût afin de changer d’ambiance.

Le feng shui est une discipline, un art ancestral qui permet de penser la circulation et l’harmonisation de l’énergie dans les espaces. Il peut être un précieux allié lorsque l’on tente d’être mieux chez soi. Il préconise par exemple, que la tête de votre lit soit calée contre un mur, que le lit soit le plus éloigné possible de la porte d’entrée…etc.

feng shui- maison

 

La chaleur humaine

Selon moi, pour qu’un lieu soit agréable, il faut qu’il puisse être,de temps en temps, synonyme de convivialité. Pour se sentir bien chez soi, il me semble intéressant de pouvoir y organiser quelques soirées, déjeuners, goûters entre amis ou en famille. L’investissement d’un lieu passe aussi par le côté relationnel associé à cet espace.

 

amis-convivialité

 

 

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez à me laisser un commentaire pour me dire ce que vous faîtes pour vous sentir bien chez vous!

 

A très vite et continuez à prendre soin de vous au naturel 😉

 

 

Fanny

8 éco-résolutions faciles à adopter

8 éco-résolutions faciles à adopter

Coucou les p’tits loups,

 

« Journée de la Terre » oblige (bon c’était hier mais j’ai eu un petit empêchement qui m’a obligée à reporter la publication de cet article au lendemain), j’ai envie de vous parler de 8 résolutions à adopter afin de préserver notre chère planète bleue et de faire notre part du colibri. Bien évidemment, on pourrait faire une liste beaucoup plus longue d’écogestes afin de réduire notre empreinte écologique mais je me contenterai de cela pour le moment, comme on dit « qui va piano va sano ».

 

1. Réduire ses déchets (vrac, compost, sac plastiques, lavables et non usage unique)

Il existe différents gestes à adopter afin de réduire son volume de déchets. Le premier qui me vient automatiquement à l’esprit est le compostage qui permet de recycler ses déchets afin d’obtenir un joli engrais pour les plantations tout en diminuant la quantité utilisée de sacs poubelles et la taille de nos poubelles.

Ils se développent de plus en plus en France ces derniers temps, les magasins proposant d’acheter en vrac sont une option afin de réduire les emballages et donc nos déchets.

 

magasin-vrac-bio

 

Une autre solution c’est aussi de troquer les produits à usage unique contre des produits lavables, comme par exemple les cotons à démaquiller lavables, la coupe menstruelle ou bien les tawashi (en remplacement des éponges et gants de toilettes). En plus de réduire vos déchets, vous réduirez également vos dépenses ;-).

 

 

2. Créer son potager bio

Quoi de mieux pour réduire son empreinte écologique que d’aller chercher directement sa nourriture bio dans son jardin ? Si l’on n’a pas la chance d’avoir un bout de terrain, il existe des alternatives comme par exemple faire pousser quelques légumes ou plantes aromatiques sur son balcon ou dans son appartement, fréquenter des jardins partagés ou bien louer un jardin (oui oui, il existe des sites qui propose de louer ou prêter son jardin).

 

la serre au début du printemps
la serre au début du printemps

 

3. Consommer de manière plus réfléchie

Alors là il s’agit d’un point essentiel selon moi. Il me semble important de réfléchir à nos achats et à notre consommation. Je vais vous épargner le paragraphe sur cette société de sur-consommation mais je pense profondément que nous devons revoir notre façon de consommer.

« Nos choix de consommation sont de la politique en actes » (Pierre Rabhi)

Tout d’abord, j’estime que nous devons consommer moins et consommer local le plus possible (et donc de saison). Ce n’est pas toujours possible mais d’y être sensibilisé est déjà un premier pas. Ensuite, acheter des produits polyvalents est une option, comme par exemple acheter du bicarbonate de soude qui a de multiples utilisations ou les noix de lavage (qui servent de shampooing, de lessive et de liquide-vaisselle).

On peut aussi évoquer la possibilité de diminuer notre consommation de viande (pour rappel: il faut 30.000 à 60.000 litres d’eau pour faire 1 kg de viande de boeuf). Je ne suis pas végétarienne, loin de là, mais je suis consciente que ce petit plaisir a d’énormes impacts sur notre environnement (au niveau écologique mais également en ce qui concerne les conditions de vie – et de mise à mort –  des animaux), c’est pourquoi je tends vers une démarche de réduction de mes achats de viande.

Une autre résolution que j’ai adoptée concerne l’huile de palme, en voyant les conséquences écologiques désastreuses, j’ai choisi de ne plus en en consommer. J’ai pris l’habitude de regarder les ingrédients composant les produits que j’achète et de reposer gentiment dans leur rayon ceux contenant de l’huile de palme. C’est un choix. Comme disait Bossuet, Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. C’est bien de partager sur les réseaux sociaux des articles montrant la gravité de la situation écologique liée à l’huile de palme, mais c’est encore mieux d’arrêter notre consommation.

Vous pouvez également trouver des marques éthiques qui aiguillent votre consommation.

 

4. Réduire ses trajets en voiture et adopter une conduite éco

On ne parlera jamais assez du covoiturage. Il existe pas mal de sites mettant en relation les gens dans une perspective de trajet en covoiturage, pratique économique et écologique.

Habitant à la campagne, à 25km d’une grande ville, nous avons pris l’habitude de « grouper » nos besoins d’aller en ville. Nous ne faisons jamais un aller-retour pour un seul motif, nous regroupons tous nos besoins et nous faisons tout le même jour, ainsi nous ne faisons qu’un trajet aller-retour au lieu de plusieurs.

Même si l’on ne parvient pas à faire du covoiturage et que nous devons prendre la voiture quotidiennement pour aller travailler, on peut tout de même tenter de diminuer l’impact de l’utilisation de notre voiture en adoptant une « conduite éco » (utilisation du start & stop, modération de la vitesse, utilisation du frein voiture…etc).

 

voiture-ecolo-covoiturage-van

 

5. Arrêter l’utilisation de produits nocifs pour la planète

Alors là, je pense qu’il s’agit d’un défi de taille. Je tente d’informer autour de moi de la nocivité de l’eau de javel, des pesticides et engrais en tous genres mais les habitudes sont parfois bien ancrées. Il est pourtant si simple de remplacer les produits ménagers « conventionnels » par des produits biodégradables et non toxiques!

Pour débuter, il vous faut du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude, du savon noir et quelques huiles essentielles et avec cela vous pouvez déjà remplacer presque tous vos anciens produits, que ce soit pour le ménage mais également pour le jardin.

De nombreux produits que l’on utilise polluent nos cours d’eau et il me semble primordial de limiter toute cette pollution domestique (sans même parler de la pollution industrielle). Il y a également certains composants des cosmétiques qui contribuent également à la pollution, comme le Disodium EDTA qui ne s’élimine pas et qui, de surcroît, fixe les métaux lourds… Gloups! C’est pourquoi il est important de passer à la slow cosmétique :-).

 

envt danger

 

6. Réduire sa consommation d’eau

L’eau est une précieuse ressource que nous nous devons de ne plus gaspiller. Pour cela, je vous propose quelques idées. Vous pouvez déjà commencer par arrêter l’eau lorsque vous vous savonnez sous la douche (sinon vous avez des pommeaux avec  « stop douche ») ou lorsque vous vous brossez les dents, diminuer le nombre de bains (ou les prendre à 2 😉 ) . Il existe également certains produits qui peuvent aider aux économies d’eau, comme par exemple les réducteurs ou régulateurs d’eau.

 

economie-eau-robinet

 

Une autre option consiste en la récupération d’eau de pluie afin de pouvoir s’en resservir pour arroser ses plantes ou laver sa voiture. Pour cela, vous pouvez utiliser des contenants de différentes tailles selon l’espace que vous avez : une cube IBC dans votre jardin, un bac ou une bassine dans votre balcon ou même un petit contenant comme un saladier ou un bol sur un rebord de fenêtre, c’est toujours cela d’économisé!

J’ai récemment lu qu’il était préférable de laver son véhicule dans une station de lavage que chez soi avec un tuyau d’arrosage car ça consommerait bien moins d’eau.

 

7. Réduire sa consommation d’énergie au sein du domicile

Dans le même ordre d’idée que la consommation d’eau, vient l’anti-gaspillage d’énergie. Pour cela, quelques simples gestes peuvent être adoptés comme par exemple mettre une multiprise avec interrupteur afin de pouvoir éteindre vos appareils en veille qui consomment bien plus que ce que l’on pense ou encore de faire vos lessives avec des programmes à 30 degrés.

D’autres gestes qui nécessitent un budget plus conséquent peuvent être envisagés. Une réflexion sur la façon de chauffer son domicile est parfois nécessaire. Avant cela, il est primordial de bien isoler (si nécessaire) son logement afin de stopper les pertes de chaleur.

 

economie-energie-maison-gaspillage

 

8. Découvrir les joies du troc et du recyclage

On remue ses méninges et on fait appel à notre créativité que l’on a tendance à délaisser dans cette société qui privilégie le conformisme et la productivité. Sur le net, on trouve de nombreux articles créatifs qui proposent des idées pour fabriquer de la déco avec des rouleaux de papier toilettes, du bois, des rubans récupérés…etc. On peut créer de bien jolies choses avec des objets de récup’ et de l’envie.

 

Pour contrer l’obsolescence programmée, il est possible de réparer, de donner une seconde vie à nos objets. On a pris l’habitude de passer nos dimanches à flâner dans les brocantes, moi qui était sceptique au départ, je prends dorénavant plaisir à chiner et à rentrer avec un livre ou un vieux pot de fleur.

On a également pris l’habitude de troquer des graines pour faire notre jardin et plus particulièrement notre potager. Ceci dans le but d’élargir la biodiversité présente dans notre terrain mais également parce qu’on adore échanger et partager avec les autres.

 

echange-graines-troc

 

Pour préparer mes cosmétiques, je n’achète pas (ou peu) de contenants, je recycle les anciens bocaux, pots à confitures et autres de mes proches, ça a le double avantage de limiter les déchets et de faire des économies.

 

recyclage-ecologie-terre

 

J’espère que cet article vous a plu et vous a inspiré pour intégrer quelques changements dans votre quotidien.

N’hésitez pas à commenter pour me dire quelles sont les éco-résolutions que vous avez prises et lesquelles vous prévoyez de prendre.

 

A très vite et prenez soin de vous et des autres.

 

Fanny

 

La permaculture, un concept plein de bon sens

La permaculture, un concept plein de bon sens

Coucou les p’tits loups,

J’espère que vous allez bien. Pour le moment, je vous ai pas mal parlé de cosmétiques et de gestes écologiques, j’ai aujourd’hui envie de vous parler de quelque chose qui me tient à coeur. Depuis mon emménagement à la campagne, je baigne dans l’univers de la permaculture grâce à mon cher et tendre qui est, on peut le dire, à fond dedans ^^.

 

permaculture-jardin
Un jardin en permaculture

 

 

Qu’est-ce que la permaculture?

 

La permaculture a vu le jour dans les années 1970. Il s’agit d’un principe qui veut une agriculture permanente. Permanente dans le sens durable et écologique. Deux points très appréciés et recherchés actuellement par bon nombre de français.

Selon Wikipedia, « La permaculture est une méthode systémique et holistique de conception d’habitats humains et de systèmes agricoles inspirée de l’écologie naturelle (biomimétisme) et de la tradition ».

Le petit Robert, quant à lui, la définit comme telle: « la permaculture est un mode d’aménagement écologique du territoire, visant à concevoir des systèmes stables et autosuffisants ».

 

La permaculture est un concept qui va bien au-delà du domaine du jardinage, c’est en réalité une véritable philosophie de vie qui repose sur trois piliers:

– prendre soin des hommes
– prendre soin de la terre
– produire et partager équitablement les ressources.

 

L’un de ses buts est de rendre la terre indéfiniment fertile en prenant en considération la biodiversité des écosystèmes. La permaculture n’est pas une entité à part entière mais plutôt un ensemble de techniques, pratiques et comportements en symbiose avec la Vie et ayant pour but une production agricole durable. Un de ses principes fondamentaux est l’économie d’énergie (carburant, travail mécanique) ainsi que le partage des surplus.

Voici la célèbre « fleur de la permaculture »:

 

fleur-permaculture
Crédit photo : http://www.nbcorp.be/

 

La permaculture s’inspire des écosystèmes naturels et créée un écosystème qui établit des interactions favorables à la nature, aux plantes, aux animaux et permettant à chacun de vivre en harmonie. En respectant et en connectant toute la biodiversité, la permaculture forme des associations productives, résilientes et autonomes. L’homme n’ajoute pas de produit chimique, il donne juste un petit coup de pouce pour favoriser la bonne entente de tout le monde (par exemple en plaçant les plantes « compagnes » les unes à côté des autres).

 

permaculture_arrosoir_graines_animaux

 

En fait ce n’est que du bon sens ! Ces principes connus de tous depuis la nuit des temps ont été oubliés des siècles et de la croissance des grandes surfaces et des multinationales. Au lieu d’écouter la nature, il était bien plus facile de chercher à la dompter à coup de produit chimique. Ces principes ont été remis au goût du jour par David Holmgrem et Bill Mollison à la fin des années 70.

 

Cultiver ses légumes sans produit chimique ce n’est pas une utopie! Non seulement c’est possible, mais en plus, cela permet à notre chère terre de fournir plus et mieux. Tout cela n’est réalisable qu’en écoutant la terre et ses besoins. C’est pourquoi la permaculteur se doit d’être patient et à l’écoute de son microsystème biologique.
 

permaculture_potager_bio_jardin

 

Quelques exemples concrets

 

Réincorporer ses déchets organiques dans le jardin afin de restituer à la nature ce qu’elle nous a donné sous forme de récolte.

Mieux gérer son eau en récupérant l’eau de pluie et en paillant le sol afin de limiter l’évaporation.

Concevoir un bassin afin de créer un microclimat (ou bioclimat) favorable à la vie environnante et permettant de réverbérer la lumière du soleil de façon profitable pour les plantations.

Préférer recycler, troquer ou bricoler plutôt qu’acheter. Si achat, réfléchir à l’impact écologique et humain de la production de l’objet acheté.

Ne jamais laisser le sol à nu en paillant car dans la nature un sol nu n’existe pas (sauf exceptions) et cela permet d’éviter la corvée du désherbage, tout en réduisant celle de l’arrosage.

Avoir des poules et faire son propre poulailler pour que les fientes nourrissent la terre et que la chaleur des poules réchauffent l’air alentour (si serre ou grange). Il est aussi bien plus agréable d’aller chercher ses oeufs dans le jardin plutôt qu’en supermarché.

Partager ses ressources (son jardin, ses récoltes) et ses connaissances.

 

garden-1176406_640

 

Liens utiles si vous souhaitez approfondir:

 

Sites:

 

www.permaculteurs.com

http://jardinpermaculture.com

www.permaculture.fr
 

Ouvrages:

 

– « La permaculture de Sepp Holzer : Guide pratique pour jardins et productions agricoles diversifiées« , écrit par Sepp Holzer, Mars 2011, éditions Imagine Un Colibri.

– « La permaculture de 1978 à nos jours« , écrit par Christophe Gatineau, Mai 2015, éditions du sable fin.

 

permaculture_arche_plantes

 

J’espère que cet article vous aura donné envie de vous intéresser de plus près à la permaculture et pourquoi pas de cultiver votre jardin, sur votre balcon et encore dans votre appartement.

 

A très vite et continuez de prendre soin de vous et des autres 🙂

 

Fanny

Quand la pause s’impose?

Quand la pause s’impose?

Coucou les p’tits loups,

 

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de « pause ». Je me suis rendue compte que la vie passe à une vitesse folle, les évènements et les années s’enchaînent sans que l’on puisse avoir le temps de s’en apercevoir ou de remettre nos choix en question. Alors parfois, une pause s’impose !

 

faire une pause

 

 

Quelles sont les raisons de faire une pause?

 

Reprendre son souffle

 

Parfois, les choses vont vite, trop vite… On prend l’habitude de courir partout, de gérer tout ce qui nous semble nécessaire, on en fait toujours plus parce que nous sommes dans une société où la performance et la productivité sont les maîtres mots. On accepte de plus en plus de contraintes, de boulot et puis un jour on craque!! A force de ne pas écouter les signaux de notre corps, de ne pas écouter la fatigue que l’on ressent, le corps nous dit STOP!
Alors pour repartir de plus belle, pour continuer à se donner à fond dans ce qui nous plaît il est alors primordial de faire une pause.

 

burn_out_pause

 

Réfléchir

 

J’ai l’impression que beaucoup de personnes traversent, au moins une fois dans leur vie, une période de remise en question. On parle souvent de la crise de la quarantaine mais je pense que ça peut se produire à n’importe quel âge.

Il arrive un moment où l’on ressent le besoin de faire le bilan de sa vie, de comparer ce qu’on a accomplit avec ce que l’on souhaitait, ce que l’on espérait, ce que l’on projetait pour notre futur. On peut alors être tenté de tout envoyer « bouler », tout effacer, faire table rase… et partir en vrille… Sinon, on peut aussi se dire qu’il est temps de se questionner sur le sens de notre vie et de savoir où l’on veut aller et comment on veut y aller. C’est vrai quoi, on est pris par la vie et vient un moment où on peut se dire « ok, bon en fait je voulais quoi déjà? ». Le temps passe vite, on avance tête baissée sans se demander sur quel chemin on avance. Il est alors grand temps de s’occuper de soi, de lâcher prise, se réfléchir à nos aspirations les plus profondes, les plus authentiques afin de se recentrer sur soi, d’être plus cohérent avec soi-même. Lorsqu’on lève la tête du guidon, on y voit plus clair, on remarque les détails et toutes ces petites choses auxquelles on ne faisait plus attention. Et pour relever la tête du guidon il est parfois utile de s’arrêter!
La pause est alors l’occasion de reprendre la maîtrise de sa vie, de sa destinée en se positionnant davantage en cohérence avec nos désirs et en s’affirmant, en affirmant sa personnalité, sans qu’elle corresponde forcément à ce que l’on attend de nous.

 

remise en question

 

Profiter

 

Eh oui :-). Cela peut paraître un peu superficiel ou fainéant mais il me semble primordial de profiter de la vie, de ses amis et de ses proches. Les exemples de morts prématurés ne manquent malheureusement pas, il faut profiter de chaque instant de vie car on ne sait jamais de quoi demain sera fait afin de n’avoir aucun regret ultérieur. Et quoi de mieux pour cela que tout mettre ses obligations sur « OFF » et de profiter, que ce soit pour voyager, se reposer, prendre soin de sa précieuse santé…

 

profiter_vie_pause_authentique

 

Comment faire une pause?

 

Des vacances

 

Je pense plutôt à de longues vacances, 2 ou 3 jours de congés ne suffisent pas à mon sens, à faire une pause dans sa vie. Ne pas travailler est selon moi un critère important afin de pouvoir faire une vraie pause.
Et pourquoi ne pas voyager dans de lointaines contrées afin de prendre du recul sur notre société, notre quotidien en découvrant de nouvelles cultures et de nouveaux modes de vie? Etre confronté à la différence permet de réfléchir sur le sens de nos façons de vivre et sur notre manière d’appréhender le temps (qui n’a jamais eu la sensation de n’avoir jamais le temps, de « courir » partout?). Voyager est également une super façon de profiter de la vie, des splendides paysages et de découvrir les merveilles que nous offre notre chère planète bleue.
Etre en vacances permet d’avoir du temps pour soi, pour réfléchir, pour ne rien faire en particulier ou alors pour expérimenter des choses que l’on rêve de faire mais que nous n’avons pas encore pris le temps de faire (on en revient à cette impression de course).

 

pause_vacances

 

A l’occasion d’un changement, d’une perte

 

C’est parfois la vie qui se charge de nous suggérer une pause à l’occasion d’une perte (licenciement, rupture amoureuse…). Lorsque ce genre d’évènement advient, l’introspection est une tendance naturelle, on réfléchit à la façon dont on en est arrivés là. Après une phase de colère et de sentiment un peu dépressif, vient une phase où l’on se recentre sur nos désirs, nos souhaits, notre façon de nous projeter dans l’avenir.
Ne plus avoir d’emploi ou de conjoint permet d’avoir plus de temps pour soi, ce temps peut être bénéfique si on essaie de prenre de la distance et du recul afin que cette perte se tranforme en levier pour un meilleur futur.
Un changement important dans notre vie peut être l’occasion d’autres changements afin de se rapprocher au plus près de nos authentiques aspirations.

 

changement_perte_remise_en_question_pause

 

Une année sabbatique

 

Prendre une année sabbatique rejoint l’idée évoquée précédemment avec les vacances, sauf que, comme son nom l’indique, cela dure bien plus longtemps que des vacances. Il s’agit ici d’une vraie et longue pause.
Autre avantage de prendre une année sabbatique afin de faire une pause dans sa vie: cela vous permet d’expérimenter une autre façon de vivre ou un autre job. En effet, vous pouvez partir vivre ailleurs (même temporairement) ou commencer à exercer le métier dont vous rêvez (ou vous y former). Cette année peut être l’occasion d’expérimentations, de tâtonnements afin de vous approcher au plus près de la vie qui convient le mieux.

 

pause_remise_en_question_annee_sabbatique

 

Et vous, avez-vous déjà fait une pause dans votre vie? Le souhaitez-vous?

 

J’espère que cet article vous a plu.  A très vite et continuez à prendre soin de vous au naturel 🙂

 

Fanny

 

Ma recette fétiche de masque visage

Ma recette fétiche de masque visage

Coucou les loulous,

 

Je trouve ces derniers temps que ma peau est beaucoup plus jolie. Je me demandais donc à quoi cela pouvait-il bien être dû car ces derniers temps avec  5 anniversaires en 1 mois (et toute l’alimentation et la boisson qui vont avec) je m’attendais à avoir une peau catastrophique. J’ai fait le tour des changements récents dans ma routine visage et je me suis rendue compte que le seul paramètre ayant changé est mon masque visage hebdomadaire. Avant, je faisais un masque visage avec de l’argile verte et de l’hydrolat de lavande (ou de l’eau). Maintenant ma recette nécessite un petit peu plus d’ingrédients mais le résultat est là :-).

Chaque week-end je prends le temps de prendre soin de moi, et plus spécifiquement en me faisant un petit masque pour le visage. Après chaque pose, je trouve mon visage beaucoup plus lumineux, mon teint unifié et ma peau toute douce.

 

 

Passons en revue les ingrédients:

 

– Le rhassoul

Le rhassoul est une argile qui signifie « terre qui lave ». Il absorbe les impuretés et les graisses, sans décaper (c’est-à-dire sans stimuler les glandes sébacées). Il fait office de nettoyant grâce à des propriétés purifiantes et désincrustantes. Et pour finir, il adoucit la peau. Il peut également servir de shampooing ou de savon pour le corps. A mon sens, c’est un produit incontournable à avoir dans sa salle de bain!

 

rhassoul-masque-visage

 

– La poudre de tépezcohuite

Cette poudre est issu d’un « arbre à peau » mexicain. Elle a de formidables propriétés pour la peau:
– régénérant cutané
astringent (pour resserrer les pores)
antioxydant (actif anti-âge)
Je l’achète sur le site d’aroma-zone. J’adore cette poudre mais le fait qu’elle vienne de loin (Brésil) me refroidit un peu (pas très écologique).

 

– La poudre de manjhista (poudre ayurvédique)

Il s’agit de la poudre de racine d’une plante indienne nommé manjhista ou « garance indienne ». Ses propriétés cutanées sont nombreuses:
Anti-âge et astringente
purifiante
– apaisante

Elle aide à voir une peau nette car elle atténue les tâches et uniformise le teint. En ayurvéda, elle apaise Pitta et Kapha, et augmente Vâta (ça tombe bien, je suis de constitution Pitta 🙂 ).
Je l’achète également sur aroma-zone.

 

– Le gel d’aloé vera

Le gel d’aloé vera est issu de la pulpe présente dans les feuilles de cette jolie plante. Il est rempli de vitamines et de minéraux, excellents pour le corps, la peau et les cheveux.
Il est réputé pour ses propriétes hydratantes. Il aide également à la cicatrisation et à la réparation de la peau. Il constitue un puissant apaisant en cas d’inflammations ou d’irritations (et même de démangeaisons). Il a un rôle filmogène (protège contre le vente, le soleil, le froid…) et purifiant.
Pour moi, il s’agit d’un must-have super polyvalent (tout comme le rhassoul)

– Le miel

On ne le présente plus! Le miel constitue un agent hydratant de choix pour la peau et les cheveux. Il a également une action antiseptique et antibactérienne très intéressante. Selon le miel choisi, il a aussi un fort pouvoir cicatrisant (miel de thym ou miel de Manuka). J’ai tendance à l’incorporer dans beaucoup de soins. En plus de mes masques visages hebdomadaires, je fais également un masque hebdomadaire de 2h environ au miel de manuka, ma peau adore!


miel-masque-peau

 

 

Formule:

-1 càc de rhassoul
-1 càc de poudre de tépezcohuite
-1 càc de poudre de manjhista (sur la fiche technique du produit, il est indiqué qu’il ne faut pas dépasser 20% de la préparation totale)
-1 càc de miel (bio de préférence)
-1 càc de gel d’aloé vera (bio également et le plus pur possible)
-un peu d’eau minérale

 

 

Réalisation du masque:

 

Comme pour tout masque, il est vivement conseillé de l’appliquer sur une peau sèche et préalablement nettoyée. L’idéal est de faire, au préalable, un sauna facial (mettre son visage au dessus d’un bol d’eau chaude) suivi d’un gommage (marc de café + huile d’olive ou sucre + huile d’olive). On nettoie ensuite les éventuels résidus avec un coton.

Pour réaliser le masque, il suffit de mélanger les poudres ensemble. Ensuite, on rajoute l’eau pour obtenir une texture pâteuse. On mélange bien pour éliminer les possibles grumeaux. On ajoute ensuite le miel et le gel d’aloé vera en mélangeant bien entre chaque ajout.

 

masque visage

 

On laisse poser entre 10 et 15 min puis on nettoie à l’eau claire. Si jamais le masque sèche, vaporisez un peu d’eau (on ne doit jamais laisser sécher une argile!).

Et voila, vous pouvez admirer votre visage dorénavant purifié, lumineux, les pores resserrés avec une peau douce et qui vous dit « merci » :-).
Et vous, quel masque faîtes-vous?

A très vite. Et surtout, prenez soin de vous et de notre jolie planète 😉

 

 

Fanny

Recette du stick à lèvres pour les gourmands à la coco

Recette du stick à lèvres pour les gourmands à la coco

Coucou les p’tits loups,

 

Bon, en général c’est plutôt en hiver que l’on fait ses sticks à lèvres, mais n’aimant pas toujours faire comme tout le monde, je publie ma recette au printemps :-). Pour cet hiver, j’avais testé une petite recette de baume à lèvres, que j’avais coloré en rose pour une jolie bouche hydratée et glamour ;-).

 

baume-a-levres-rose
mon baume à lèvre rose

 

 

Cette fois-ci, je voulais un baume que l’on pouvait mettre en stick pour un côté plus pratique et hygiénique (pas besoin de se laver les mains avant et après application).

 

 

Zoom sur les ingrédients:

 

– le beurre de karité

Le karité est un produit naturel issu d’un arbre appelé Butyrospermum Parkii et qui pousse en Afrique. Les fruits produits par cet arbre ressemblent à de petits avocats dans lesquels se trouve une amande blanche et grasse. Une fois transformée, elle donne une pâte jaunâtre : le beurre de karité. Celui-ci est riche en acide gras stéarique et oléique.
Ses fonctions principales sont les suivantes:
hydrate et nourrit la peau en profondeur
protège la peau et aide à la cicatrisation
– il restaure l’élasticité naturelle de la peau et régénère les tissus

 

– l’huile végétale de coco

C’est une huile végétale extraite mécaniquement de la chair de noix de coco fraîche, à basse température. Elle offre une délicieuse odeur de coco. Ne soyez pas étonnés, cette huile est solide en dessous de 25°C mais fond très facilement à la chaleur.
L’huile de coco est très nourrissante pour tout le corps (cheveux, peau, lèvres, ongles…etc).  Elle aide à réduire la déshydratation. Elle est également riche en antioxydants.
Elle est également apaisante et douce, notamment sur des peaux irritées.
Et bien sûr, elle parfume les préparations cosmétiques d’une bonne odeur d’été.

 

– la cire d’abeille

La cire d’abeille est ce qui sert à former la structure d’un essaim. Elle est souvent utilisée en cosmétiques, notamment comme agent durcisseur et texturant dans les baumes et sticks car elle permet d’épaissir et d’augmenter le pouvoir filmogène des baumes et des rouges à lèvres.

La cire d’abeille est un agent émollient et hydratant. Elle a également des propriétés apaisantes et protectrices (contre le soleil, le froid, le vent). Tout comme le beurre de karité, elle aide à la cicatrisation des peaux abîmées et a des vertus anti-inflammatoires.

 

– la glycérine

La glycérine est issue de la saponification, un procédé qui permet de fabriquer du savon à partir de matières grasses. À l’origine, on l’obtenait à partir de graisses animales. Aujourd’hui, la glycérine est synthétisée à partir de graisses animales ou d’huiles végétales.
C’est un produit qui entre très fréquemment dans la composition de cosmétiques pour la peau et les cheveux. Elle est en général dosée à 10% maximum car elle devient asséchante au-delà.
La glycérine est un humectant et hydratant : elle attire l’eau et permet de la maintenir  dans de la peau. Elle a également des propriétés adoucissantes et protectrices.

 

– la vitamine E

C’est un anti-oxydant naturel qui permet d’éviter le rancissement des huiles. Attention, il ne s’agit pas d’un conservateur. La vitamine E est également un actif anti-âge, utilisé pour les peaux sèches et matures.
En cosmétique, on l’utilise dans les préparations contenant des huiles.

 

Maintenant, passons à la recette :

 

Matériel nécessaire:

– une balance
– un mini-foue
– un bol en inox

 

Formule:

Pour environ 10 gr (selon la contenance des sticks, cela permet d’en réaliser généralement 2):

40% de beurre de karité (= 4 gr)
35% d »huile végétale de coco ( = 3,5 gr)
20% de cire d’abeille (= 2 gr)
5% de glycérine ( = 0,5 gr)
1 goutte de vitamine E

 

Réalisation du stick pour les lèvres:

La recette d’un stick à lèvres fait partie des recettes les plus simples à mettre en oeuvre.

Tout d’abord, mettre tous les ingrédients dans le bol en inox.
Ensuite, mettre le bol à chauffer dans un bain-marie.
Lorsque la cire est fondue (en général, autour de 65-70°), bien mélanger puis verser la préparation dans des contenants pour baumes à lèvres (achetés ou encore mieux recyclés 🙂 ).

Attention, une fois sorti du bain-marie, la préparation se durcit très vite grâce à la cire d’abeille.

Mettre les baumes à lèvres quelques heures au réfrigérateur afin de bien durcir les sticks. Ensuite, il se conserveront à température ambiante.

stick lèvres (avril 2016)
stick à lèvres coco

 

 

stick lèvre
stick à lèvres coco

 

 

Si vous avez des soucis pour laver la vaisselle utilisée, utilisez de l’eau très chaude afin de faire fondre la cire.

 

Vous voilà dorénavant doté(e)s d’un stick à lèvres qui rend vos lèvres hydratées et délicieusement parfumées!

 

A très vite, prenez soin de vous et soyez beaux/belles au naturel 😉

 

 

Fanny

La recette des madeleines de notre enfance

La recette des madeleines de notre enfance

Coucou les p’tits loups,

 

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter l’incontournable recette des madeleines. Je ne vous l’ai pas encore dit mais je suis une grande gourmande 🙂 ! Il s’agit de mon dessert de prédilection, de mon arme secrète qui met tout le monde d’accord. D’ailleurs, Loulou est en train de me faire comprendre qu’il aimerait bien en déguster…

 winnie-the-pooh-honey

 

Les ingrédients (pour 6 personnes):

 

  • 3 œufs (choisissez de préférence des oeufs ayant le chiffre 0 qui signifie mode de production bio ou 1 signifiant élevage en plein air)
  • 115g de sucre en poudre
  • le zeste d’un demi-citron (il faut impérativement le prendre bio car non traité)
  • 100g de beurre
  • 100g de farine
  •  1 sachet de levure chimique
  • 1 à 2 gouttes d’huile essentielle de citron ou d’orange (si vous utilisez l’orange, remplacez alors le zeste de citron par du zeste d’orange)

 

PRÉPARATION

 

Tout d’abord, faire fondre le beurre puis le laisser refroidir. Une fois refroidi, y ajouter l’huile essentielle de citron (ou d’orange).

 

Bien mélanger les œufs et le sucre afin de tout faire mousser. Y ajouter la farine et la levure en mélangeant bien.

 

Ajouter le zeste de citron finement hâché et le beurre fondu à la préparation. Bien homogénéiser la pâte.

 

Laisser ensuite reposer la pâte au réfrigérateur pendant 1h.

 

Beurrer légèrement les moules à madelines et remplir les emplacements au 2/3 seulement.

 

Enfourner pendant 5 min à 220°c (th.7-8), ensuite baisser la température à 190°c et laisser cuire 7 à 8 min.

Démouler les madeleines encore tièdes (mais pas chaudes sinon elles risqueraient de se casser !) et les laisser refroidir avant de déguster.

recette-madeleines-originales-enfance

Maintenant il ne vous reste plus qu’à partager et savourer ces petites gourmandises en famille ou entre amis 😉

 

A très vite, prenez soin de vous et continuez d’être belles au naturel !

 

 

                                                                                                             Fanny

La révolution intime: plaidoyer pour la coupe menstruelle

La révolution intime: plaidoyer pour la coupe menstruelle

Coucou les p’tits loups,

 

Je reviens aujourd’hui pourvous parler d’une découverte qui a révolutionné ma façon d’appréhender cette fameuse période du mois que toutes les filles détestent: j’ai nommé la coupe menstruelle, la « cup » pour les intimes.

Une amie (petit clin d’oeil à elle ;-)) m’a parlé de la cup il y a maintenant 3 ans. A l’époque je ne connaissais pas et j’avais l’impression d’un truc barbare et pas pratique à utiliser. J’avoue ne pas avoir cherché à me renseigner et je suis satoxines-tampons-hygieniques-cupgement restée avec mes tampons. Eh oui la fameuse résistance au changement!
Sauf qu’1 an après, la voila (la cup hein pas mon amie ^^) qui réapparait dans ma vie : mon cher Loulou (entendez par là mon amoureux, mon Jules, celui qui marche à mes côtés) publie sur mon mur facebook un article détaillant les substances toxiques contenus dans les tampons. Aïe!!

Une copine commente alors l’article en publiant une célèbre vidéo vantant les mérites de la cup. Cette fois-ci ma curiosité est piquée au vif et je me renseigne alors durant quelques jours. Ni une, ni deux je commande ma cup et là waouh!! Je crois qu’après avoir franchi le pas on ne peut plus retourner en arrière! Cette cup vous facilite la vie et permet un confort inégalable.

Finalement, la coupe menstruelle c’est une suite logique dans ma démarche de retour au naturel. Je prends soin de mon corps et de la planète :-).

 

La coupe menstruelle késako?

 

La coupe menstruelle ou cup est une alternative aux méthodes de protection hygiénique jetables tels que les tampons ou les serviette hygiéniques. Il s’agit d’un contenant en silicone médical ou en TPE médical, approximativement en forme de vase ou de cloche, permettant de réceptionner les menstruations. Elle s’insère dans la vagin, comme un tampon et facilite considérablement la vie. En effet, elle peut rester en place jusqu’à 12h d’affilée. Ensuite, il suffit de l’enlever pour la vider, la rincer puis la remettre en place, et c’est tout!

Il existe difféntes cups se différenciant par:

– leur taille
– leur contenance
– leur degré de rigidité
– leur matériau (silicone ou TPE)
– leur couleur
– la présence ou l’absence d’un(e) tige/boule/anneau

 
différents-coupes-menstruelles

Les différentes parties composant la cup

 

Une coupe menstruelle se décompose en 5 parties:

les bords
Ils sont composés d’un ou deux « bourrelets » dont la rigidité varie selon les modèles de cup. Ils vont se déplier tout seul lors de l’insertion afin de coller aux parois du vagin pour faire un effet « ventouse » qui maintiendra la coupe bien en place.

les trous
Leur nombre et leur forme varient selon les différentes cups. Ce sont eux qui garantissent l’effet « ventouse ».

la coupe
C’est elle qui recueille les menstruations. Elle peut être graduée et la contenance varie entre 10ml pour la plus petite et 38,5ml pour la plus grande. Utiliser une cup permet de se rendre compte de la quantité de sang perdu et finalement c’est bien moins que ce que l’on pense habituellement.

le fond
Le fond de la coupe est ce qui relie l'(a) tige/boule/anneau à la cup. Leur épaisseur varie selon les modèles.

l'(a) tige/anneau/boule
C’est la partie inférieure de la cup. Certaines cups possèdent des tiges, d’autres sont pourvus d’anneaux ou de boules et enfin certaines existent sans (il n’y a rien après le fond de la coupe). Les tiges peuvent en général être coupées, la taille supportée par chacune dépend des particularités anatomiques.
Personnellement ma cup possède une tige et je ne la sens absolument pas.

 

Petit point d’histoire

On parle de plus en plus de la cup ces dernières années mais ce n’est pas une invention récente! En effet, la première cup a été commercialisée aux Etats-Unis en 1930. Plusieurs modèles en caoutchouc ont alors vu le jour. L’Américaine L. Chalmers, actrice et chanteuse, se consacre, avec le soutien de gynécologues reconnus, à la conception de produits d’hygiène intime plus sûrs, plus propres et plus confortables pour les femmes. En 1937, elle lance la Tassette. qui n’eut pas beaucoup de succès, à cause de la pénurie de caoutchouc engendrée par la Seconde Guerre Mondiale. À la même époque, les tampons avec applicateur furent créés et trouvèrent leur place sur le marché.

Depuis, de nombreuses marques de cup ont été créées de part le monde et font de plus en plus d’adeptes :-).

 

Le fonctionnement de la cup

 

Insertion

Afin de mettre en place la coupe menstruelle, il faut tout d’abord l’insérer (la rentrer quoi!). Pour se faire, il faut plier sa cup. Mais attention, pas n’importe comment, il existe différents pliages. L’idéal c’est de tous les tester afin de trouver celui qui vous correspond le mieux.
Une fois insérée, la cup va s’ouvrir, se déployer afin de se mettre en place. Les bords vont alors se coller aux parois du vagin afin de créer un « effet ventouse » grâce aux petits trous présents sur la coupe. Et voila, vous êtes parées pour 12h, prêtes à aller vaquer à vos occupations :-):

 

Pliages

Il existe tout un tas de pliages différents pour insérer la cup. J’ai sélectionné les 6 pliages les plus fréquents.
Pour vous aider, vous pouvez mouillez la cup avec de l’eau (qui servira de lubrifiant) afin de faciliter l’insertion.

Plutôt que d’expliquer avec des mots, les photos seront plus parlantes:

Pliage en C:

schéma-pliage-cup-en-c

 

schéma-pliage-cup-en-c bis

 

Pliage en push down:

schema-pliage-cup-push down

 

schema-pliage-cup-push down bis

 

Pliage en S:

schema-pliage-cup-en-s

 

schema-pliage-cup-en-s bis

 

Pliage en 7:

pliage-cup-7

 

pliage-cup-7bis

 

Pliage en E:

schema-pliage-cup-en-E

 

schema-pliage-cup-en-E bis

 

Pliage en diamant:

schéma-pliage-cup-diamant

Rien ne vous empêche aussi d’inventer votre propre pliage!

Une fois à l’intérieur, si la coupe ne s’ouvre pas automatiquement, vous pouvez la saisir à la base et la faire tourner, cela l’aidera à se déployer entièrement.

 

Retrait

Première étape : Bien se laver les mains
Ca va de soi mais je préfère néanmoins le rappeler. Assurez-vous que vos mains soient propres chaque fois que vous manipulez votre coupe.

Deuxième étape : Créer un appel d’air
Soyez délicate lorsque vous retirez la coupe. Le but est de pincer le fond de la coupe entre vos doigts afin de créer un appel d’air qui supprimera « l’effet ventouse ». Tirez ensuite doucement dessus (en maintenant le fond de la coupe pincé) en faisant un mouvement de zigzag.
Si toutefois, le fond de la coupe se trouve trop loin de l’entrée du vagin, vous devez vous aider de vos muscles afin de faire descendre la coupe pour la rendre accessible à vos doigts.

Troisième étape : Vider la coupe menstruelle
Une fois retirée, vous pouvez simplement vider le contenu de votre cup dans le lavabo ou les toilettes.

Quatrième étape : Rincer la coupe menstruelle
Une fois vidée, il faut rincer votre cup à l’eau froide (pour éviter de « cuire  » le sang et donc de colorer votre cup). Vous pouvez maintenant la remettre en place sans problème.

 

Stérilisation 

Avant le début de chaque cycle, il est nécessaire de stériliser votre cup (et non après chaque rinçage).

Pour se faire, il suffit de la laisser bouillir dans de l’eau pendant  5 min:

sterilisation-cup-coupe-menstruelle

Vous laissez ensuite la cup sécher à l’air libre avant de la ranger dans sa petite pochette de rangement.

Si nous ne pouvez pas utiliser de casserole, il existe des stérilisateurs de cup vendus entre 5 et 6€. Il suffit de placer sa cup à l’intérieur, de la recouvrir d’eau et de mettre au micro-ondes durant 3 à 5 min.

Sinon, vous pouvez aussi mettre votre cup dans un tupperware, saladier ou autre et la recouvrir d’eau bouillante. Laissez agir pendant 5 à 10 min.

 

 

Les raisons d’adopter la cup

La cup présente de nombreux avantages dont voici un petit tableau récapitulatif:


Avantage Explication
Saine La coupe menstruelle garantit une protection hygiénique saine grâce à l’absence totale de latex, de toxines et d’eau de javel, contrairement aux tampons qui sont faits de fibres synthétiques qui subissent de nombreux procédés chimiques. La composition des serviettes hygiéniques n’est certainement pas meilleure! Par ailleurs, il n’existe pas de syndrome de choc toxique avec les cups.
Economique En effet, les cups coûtent entre 15 et 30€ à l’achat et elles durent jusqu’à 10 ans, ce qui constitue une réelle économie (environ 500€).
Confortable Une fois insérée, la cup ne se sent pas, aucune sensation de gêne ni douleur n’est à déplorer.
Fiable La coupe menstruelle constitue une protection efficace, sans risque de fuites.
Polyvalente La cup peut être utilisée pour dormir, pour faire du sport, pour aller à la piscine…etc. Pour vivre votre vie quoi!
Respectueuse La cup n’assèche pas car elle recueille les flux menstruels mais ne les absorbe pas. De plus, les matériaux utilisés respectent le pH des muqueuses.
Ecologique La coupe menstruelle permet une réelle diminution des déchets: s’en est fini des 30 ou 40 serviettes/tampons jetés chaque mois! Il n’y a que l’emballage initial de la cup qui termine à la poubelle.
Pratique Contrairement aux serviettes ou tampons, la cup peut rester en place jusqu’à 12h sans aucun risque. Lorsque vous partez en vacances, plus de boîtes ou paquets de protection qui prennent une place pas possible dans la valise! Vous réalisez un gain de place conséquent, même dans vos placards!

 

 Liens utiles

 

Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte de la cup, voici quelques liens utiles:

– , c’est le site de référence pour vous pour tout savoir sur la cup. Ils ont même un forum qui peut s’avérer bien utile. Et ici vous pourrez faire un test afin de connaître les cups les plus adaptées pour vous.
– Vous avez le groupe facebook ! Coupe menstruelle ! Nouvelle habitude à adopter qui offre un lieu d’entraide où poser ses questions.

 

 

J’espère avoir titillé votre curiosité avec cet article sur la cup. Si vous hésitez encore, foncez! Le plus difficile c’est toujours de sauter le pas :-).

 

 

A très vite, prenez soin de vous et continuez d’être belles au naturel !

 

 

                                                                                                             Fanny

Comment avoir une maison propre au naturel: mon ménage éco

Comment avoir une maison propre au naturel: mon ménage éco

Coucou les p’tits loups,

Je vous retrouve comme promis pour vous parler de l’entretien de la maison (j’aurai pu dire « ménage » mais bon ce n’est pas très glamour). Jusqu’à il n’y a pas si longtemps j’utilisais des produits bien chimiques achetés en grande surface pour nettoyer la maison, en pensant qu’il n’y avait que « ça » qui fonctionnait. Grossière erreur !

En eseau-eponge-menage-naturelffet, certains produits « de base » fonctionnent tout aussi bien, voire mieux! Et les bonnes nouvelles n’arrivant pas seules, seulement 5 produits de base suffisent pour tout nettoyer, faire briller, récurer, détartrer, désinfecter…

 

attention

Précautions d’usage:
Il est préférable d’utiliser des gants ménagers et de porter des vêtements adaptés.
Si vous hésitez à utiliser un produit sur une surface, faites un test au préalable sur un petit endroit non visible.
Ne jamais laisser les produits à la portée des enfants et des animaux.
Il est indispensable d’étiquetter vos préparations maison afin d’éviter tout accident domestique.

 

? Le vinaigre d’alcool (aussi appelé vinaigre blanc)

Mon super allié! Je crois que je ne pourrais plus m’en passer dorénavant. Il me sert pour presque tout, et vinaigre-blancmême pour la cosmétique grâce à son acidité (son pH se situe entre 2 et 3).
C’est un produit non toxique et 100% biodégradable. Son odeur un peu forte disparait vite en séchant.

Propriétés:

– Nettoyant/dégraissant
– Désinfectant/ antifongique et donc anti-moisissures
– Détartrant/ anti-calcaire
– Désodorisant

Utilisations:

Nettoyage/dégraissage/désinfection : Diluer le vinaigre blanc à 50% avec de l’eau pour l’entretien des surfaces de la cuisine, de la salle de bain, les toilettes, les miroirs et les vitres.
Anti-calcaire: aspergé pur et laissé poser sur les surfaces présentant du tartre/calcaire (essentiellement la salle de bain: la robinetterie, la baignoire, l’évier, le carrelage mural de la douche; mais aussi les casseroles, la bouilloire… En bref, ce qui est au contact fréquent de l’eau calcaire) puis essuyé. Je laisse également tremper la capsule anti-tartre de mon fer à repasser dans 15cl de vinaigre. En ce qui concerne le lave-linge, je mets 1L de vinaigre dans le bac à lessive et je fais tourner ma machine à vide à 60° afin de tout détartrer. Je fais la même opération pour mon lave-vaisselle. Il peut également remplacer le liquide de rinçage dans le lave-vaisselle.
Assouplissant : il me sert d’assouplissant dans mon lave-linge (à mettre dans le bac prévu à cet effet).
Canalisations bouchées: en association avec le bicarbonate de soude, il me permet de déboucher les canalisations (voir plus bas).

Prix: en général, entre 30 et 90 centimes d’euros le litre. On ne peut trouver plus économique 🙂

 

? Le bicarbonate de soude (ou bicarbonate de sodium)

Le bicarbonate de soude est une poudre blanche non toxique, non inflammable, de densité assez fine et ayant un pH compris entre 8 et 9. Il neutralise l’acidité et se trouve dans les rayons des supermarchés, magasins de bricolage, magasins bio…etc. Tout comme le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude est un produit super polyvalent qui peut également s’utiliser en cosmétique.

Propriétés:
– désodorisant
– nettoyant/dégraissant
– abrasif
– anti-acide

Utilisations:
Neutraliser les mauvaises odeurs: placer une coupelle de bicarbonate de soude dans le réfrigérateur. On peut aussi en saupoudrer les surfaces à traiter puis laisser agir (comme par exemple, les matelas, les tapis, le fond des poubelles…).
– Faciliter la digestion : Mettre une pincée de bicarbonate dans l’eau de cuisson des aliments que l’on digère mal. En cas de mal d’estomac, dissoudre 1 càc de bicarbonate dans un verre d’eau et boire (neutralise l’acidité).
Canalisations bouchées: mettre 1/2 verre de bicarbonate + 1/2 verre de gros sel. Laisser agir puis verser du vinaigre chaud (le bicarbonate va annuler l’acidité du vinaigre, cela va engendrer une réaction provoquant de la mousse).
Nettoyage des surfaces (telles que le sol, le plan de travail, le carrelage…) en dissolvant 1 cuillère à soupe (càs) de bicarbonate dans 1L d’eau, y rajouter 1 verre de vinaigre blanc. On peut aussi l’utiliser comme une poudre à récurer.
Attention, à cause de son effet abrasif, le bicarbonate de soude n’est pas adapté au nettoyage des surfaces en inox, en aluminium, des plaques de cuisson en vitrocéramique et toute surface sensible (en gros, toutes les surfaces sur lesquelles vous évitez de passer le « grattoir » des éponges). De plus, en mélangeant 50% de bicarbontae de soude et 50% d’acide citrique, on obtient une préparation qui remplace les tablettes lave-vaisselle. Il suffit de mettre environ 2 càs de ce mélange à l’endroit prévu à cet effet.
Nettoyage de la semelle du fer à repasser: lorsqu’elle a noirci, saupoudrer la semelle de bicarbonate avec un chiffon humide, il va se former une sorte de pâte qui nettoie le fer sans le rayer grâce à son effet abrasif. Frotter doucement.

Prix: Entre 5 et 10 € le kilo en moyenne.

 

? Le savon noir

savon-noir-menage-maris-fabreLe savon noir (aussi appelé « savon mou ») est produit à partir de la potasse (KOH) et d’un corps gras quelconque. Ainsi, on trouve du savon noir obtenu à partir d’huiles différentes: olive, lin, noix…etc.
Il est important de prime abord de différencier savon noir pour le corps et savon noir ménager. On ne parlera ici que du second qui est composé d’huile de lin et de glycérine. Il existe sous forme liquide ou sous forme de pâte (assez semblable à la texture du miel). Il est très concentré, ce qui le rend économique car nul besoin d’en utiliser une grande quantité à chaque utilisation.

Propriétés:

– Nettoyant/dégraissant
– Nourrissant et fait briller
– Détachant avant-lavage
– Insecticide

Utilisations:
Nettoyage : pour les sols, diluer 2 càs de savon noir dans un grand seau d’eau. Laver puis laisser sécher. Il permet également de nettoyer les vitres sans avoir besoin de rinçage. En effet, il suffit de frotter à l’aide d’un chiffon microfibre imbibé d’une solution composée d’une cuillère à café de savon noir dilué dans un peu d’eau tiède. Il est également utile pour nettoyer le cuir à l’aide d’un linge humecté d’une solution composée d’un demi-litre d’eau et d’une cuillère à soupe de savon noir. Il ne faut pas frotter mais plutôt fonctionner par tamponnements.
Dégraissage des surfaces telles que les hottes de cuisine, la salle de bain, les plaques de cuisson en vitrocéramique,  le plastique: Appliquer un peu de savon noir sur une éponge afin de frotter les surfaces concernées. Rincer ensuite à l’eau claire.
Insecticide très efficace (notamment contre les cochenilles, les araignées rouges, les pucerons et les acariens): diluer environ 30 gr de savon noir dans 1 litre d’eau chaude. Laisser refroidir puis pulvériser sur les feuilles de vos plantes.
Détachant avant-lavage: avant de placer en machine, appliquer du savon noir liquide sur la tache à traiter, frictionner délicatement, laisser agir quelques intants si besoin.

Prix: environ 10€ le kilo de savon noir en pâte ou 8€ le litre pour le savon noir liquide.

 

? Les cristaux de soude

cristaux-de-soude-menageLes cristaux de soude (cristaux de carbonate de soude) sont polyvalents et non toxiques. C’est un puissant agent nettoyant. Leur pH de 11,4 leur pemet de neutraliser l’acidité, tout comme le bicarbonate mais en plus corrosif. C’est pourquoi il peut être utile pour les personnes ayant une peau sensible de porter des gants de protection lors de la manipulation. Son effet adoucissant accroît l’efficacité des agents nettoyants habituels.

Propriétés:
– Anti-calcaire/anti-tartre
– Nettoyant/dégraissant puissant
– Désinfectant
– Adoucisseur d’eau
– Améliore l’efficacité des produits détergents avec lesquels ils sont utilisés

Utilisations:
Nettoyant/dégraissant multi-usages puissant: diluer 2 càs de cristaux de soude dans 1l d’eau chaude. Y ajouter 1 à 2 càc de savon noir et 2 càs de vinaigre blanc. Nettoyer la zone concernée avec ce mélange, rincer à l’eau claire puis essuyer avec un chiffon micro-fibre de préférence. Pour le nettoyage du carrelage, diluer une poignée de cristaux de soude dans un seau d’eau chaude.
Adoucisseur d’eau: si l’eau de votre région est très calcaire, il est préférable de mettre 1 poignée de cristaux de soude dans la machine à laver afin de préserver votre lave-linge ou également pour aider à éliminer les tâches tenaces (sur le linge).
Hydrolyse les matières organiques: pour des canalisations bouchées (bouchon organique seulement), diluer un demi-verre de cristaux de soude dans 2L d’eau chaude, verser la préparation dans la canalisation puis laisser agir entre 30min et 1h avant de rincer.
Anti-calcaire et anti-tartre: diluer 2 càs de cristaux de soude dans 1L d’eau chaude pour nettoyer la salle de bain. Il se trouve que les cristaux de soude sont parfaitement adaptés au nettoyage de l’émail.

Prix: Entre 2,5 et 3€ les 500 grammes.

 

 ? Le savon de Marseille

savon-marseille-menage-maisonOn ne le présente plus! Le savon de Marseille est un produit traditionnel initialement produit dans la cité phocéenne. Le savon est obtenu à partir d’huile d’olive de la région (72% minimum) et de soude. Maintenant l’huile de coprah et l’huile de palme (moins onéreuses) ont fait leur apparition dans la composition des savons de Marseille, aux côtés de l’huile d’olive. Des graisses animales sont également présentes dans certains savons industriels, ils sont à fuir, cela va sans dire! Il est donc important de regarder la composition du savon de Marseille que l’on souhaite acheter car il existe nombre de « faux » savons de Marseille.

Propriétés:
– nettoyant multi-usages: lavage du linge, nettoyant ménager et même hygiène corporelle
– dégraissant

Utilisations:
Nettoyage (plans de travail, surfaces, cuisine, salle de bain, wc) : A l’aide d’une éponge préalablement humidifiée, prélever un peu de savon puis frotter la zone concernée. Laisser agir au besoin avant de rincer.
Vous pouvez également réaliser un spray nettoyant: incorporer 3 càs de savon de Marseille en paillettes dans 1 grand verre d’eau. Y ajouter environ 1/2 verre de bicarbonate de soude ainsi qu’une càs de vinaigre blanc. Bien mélanger puis vaporiser sur la zone concernée avant de rincer.
Lessive : faire chauffer 70-80gr de savon de Marseille en paillettes (si vous avez un cube, il suffit juste de le râper) dans 1,5L d’eau. Bien mélanger et rajouter 1càs de vinaigre blanc ainsi qu’1càs de bicarbonate. Laisser refroidir puis verser dans un bidon de 3L (il est nécessaire de prendre un bidon + grand car la lessive a tendance à se solidifier. Il suffit alors de secouer vivement le bidon. Verser 1 verre de lessive dans le bac prévu à cet effet. Utilisable également pour un lavage à la main

Prix: environ 9€ le kilo de savon de Marseille en paillettes et 7,5€ le cube de 600gr.

 

? Les petits « plus »

 

les huiles essentielles


Il est important de rappeler, avant toute chose, que les huiles essentielles doivent être employées avec modération et précaution. Il est indispensable de se renseigner sur les contre-indications de chaque huile essentielle avant toute utilisation.
Il est préférable de demander conseil à votre médecin. Les huiles essentielles d’agrumes sont photosensibilisantes (en usage cutané) pendant 24h. Il est impératif de respecter une fenêtre thérapeutique dans l’utilisation xutanée des huiles essentielles (2 jours d’arrêt au bout de 5 jours d’utilisation ou 1 semaine d’arrêt au bout de 3 semaines d’utilisation). Les huiles essentielles peuvent être très dangereuses si elles sont mal employées.

huiles-essentielles-menage

Les huiles essentielles sont des produits naturels extraits de plantes aromatiques. Elles ont d’innombrables vertus thérapeutiques et constituent une aide précieuse pour l’entretien de la maison grâce à certaines de leurs propriétés:

– désinfectantes, anti-bactériennes, anti-fongiques, antiseptiques
– parfument (donnent une odeur de propre)
– répulsives à insectes
– assainissent le linge, l’air…

Voici un petit tableau récapitulatif de mes huiles essentielles préférées pour l’entretien de la maison:


Huile essentielle Propriétés Utilisation
Citron (citrus limon ou limonum) parfume et désodorise, antiseptique, antibactérienne, antivirale, assainit l’air incorporer dans vos produits ménagers, dans la machine à laver, pour combattre les mauvaises odeurs
Tea tree (malaleuca alternifolia) Antibactérienne à large spectre, antifongique, anti-parasites, antivirale incorporer dans vos produits ménagers, désinfection des surfaces
Lavande aspic (lavandula latifolia) Antiseptique, anti-bactérien, antiviral, antimite et éloigne les moustiques, parfume en laissant une odeur de propre avec le vinaigre en adoucissant pour parfumer le linge, incorporer dans vos produits ménagers, en diffusion pour assainir l’air
Pin sylvestre (pinus sylvestris) antiseptique puissant, assainit l’air, parfume et rafraîchit incorporer dans vos produits ménagers, en diffusion pour assainir l’air
Eucalyptus radié (eucalyptus radiata) Antiseptique, antiviral, antibactérien, parfume et rafraîchit, assainit l’air incorporer dans vos produits ménagers, en diffusion pour assainir l’air
Menthe poivrée (mentha piperita) Antiseptique, parfume agréablement en laissant une odeur fraîche incorporer dans vos produits ménagers, en diffusion pour assainir l’air

 

les noix de lavage

noix-lavage-menage

 

Les noix de lavage se présentent sous forme de coquilles issues de l’arbre « sapindus mukorossi » que l’on trouve au Népal, dans les régions autour de l’Himalaya. Une fois dans l’eau chaude, les noix libèrent de la saponine végétale (pour résumer c’est ce qui lave et fait mousser grâce à des propriétés tensioactives).
J’aime ces noix pour leur polyvalence et leur côté économique. De plus, elle sont 100% biodégradables (on peut les mettre au compost après usage). C’est un produit à tester d’urgence!

Tout d’abord, ces noix de lavage sont utilisées comme lessive écologique. Pour se faire, il suffit de placer 4 à 6 noix dans une petite pochette en coton (fournie avec les noix de lavage) que l’on place dans le tambour du lave-linge. Le sachet ainsi rempli permet d’effectuer une lessive à 90°C ou 2 à 3 lessives à basse température (30 ou 40°).

Elle servent également de liquide vaisselle. Pour cela il est nécessaire d’effectuer une décoction: déposer une dizaine de coquilles dans une casserole contenant 1 litre d’eau. Ensuite, il suffit de faire chauffer jusqu’à ébullition puis de laisser bouillir durant 5 à 10 minutes. Pour finir, laisser refroidir et écraser les noix afin que toute la saponine se libère entièrement. La décoction ainsi obtenue peut être utilisée comme liquide vaisselle ou comme détergent pour nettoyer toutes surfaces, seule ou incorporée à des préparations listées dans cet article.

Petit H.S: cette décoction s’utilise aussi comme savon pour les mains et comme shampooing. Quand je vous dis que c’est une merveille 🙂

 

le percarbonate de soude

percarbonate-soude-menage-ecolo

 

Le percarbonate de soude (aussi appelé « eau oxygénée solide »), est issu d’une association entre le carbonate de sodium et le peroxyde d’hydrogène. Une fois dans l’eau, il se décompose pour libérer du carbonate de soude (ou « cristaux de soude ») et de l’eau oxygénée (pouvoir blanchissant et désinfectant puissant).

Le percabonate est utilisé comme agent blanchissant en association avec la lessive (lorsqu’on utilise une lessive écologique maison) afin d’éviter que les vêtements blancs tendent à devenir grisâtres. Pour se faire il suffit d’ajouter 1 à 2 càs de percabonate de soude dans le tambour du lave-linge.

Il sert également de détachant avant lavage : laisser tremper les habits tâchés dans un mélange composé d’eau chaude et de percarbonate de soude (1 à 3 càs par litre d’eau). Frotter les taches puis laver le linge en machine.

Le percarbonate de soude sert également de nettoyant, désinfectant et désodorisant pour la cuisine, la salle de bain, les sols (sauf linoléums et sols cirés), les surfaces (sauf aluminium, surfaces laquées, peintes ou cirées), les joints de carrelages, les tapis et moquettes. Pour se faire, il suffit de préparer une solution composée de 2càs de percarbonate de soude par litre d’eau chaude. Pour les wc, vous pouvez en mettre 3 càs par litre d’eau.

 

Les raisons pour lesquelles je suis passée au naturel pour l’entretien de la maison

 

Préserver son environnement

 

Ca a été ma motivation première. Notre mode de vie actuel détruit à petit (voire même à grand) feu notre chère planète. Tous les produits que l’on utilise finissent par être rejetés dans l’eau et polluent l’environnement. Je pense qu’il est essentiel que chacun fasse sa part afin que l’on diminue notre impact sur l’environnement. Utiliser des produits non toxiques et biodégradables est devenu important dans ma façon de consommer. J’en entends déjà me dire « oui mais ce sont les usines qui polluent plus que les particuliers ». Certes! Mais si l’on attend que les usines soient moins polluantes avant d’agir on n’est pas prêt de changer…
Ceci est ma vision des choses, je ne prétends en aucun cas avoir raison ou dire la vérité, je vous expose juste mon opinion.

 

Préserver sa santé

Faire son ménage c’est déjà pas très drôle alors si en plus on respire des vapeurs toxiques c’est vraiment pas fun. Sans parler du fait de toucher les surfaces qu’on a nettoyées avec des produits agressifs pour la peau et corrosifs. Lorsque l’on a des bouts de chou en bas âge qui se trouvent souvent au sol et qui découvrent le monde avec leur bouche ou leurs mains, j’imagine que l’on a pas envie de les savoir en contact avec des produits toxiques et dangereux, idem pour nos charmants animaux domestiques.

 

Préserver son porte-monnaie

 

Eh oui c’est bien gentil de vouloir préserver la planète mais il ne faudrait pas non plus se ruiner. Dans ma démarche de retour vers le naturel, j’ai de plus en plus tendance à aller vers la simplicité car en général c’est ce qui fonctionne le mieux.

Les produits présentés dans cet article sont tous polyvalents et servent pour toute la maison ou presque. Ainsi on évite d’acheter un produit pour les vitres, un pour les WC, un pour les plaques de cuisson, un pour la salle de bain, un pour le nettoyage du sol, un pour détacher le linge avant-lavage…etc. On diminue sa consommation et donc son budget produits ménagers car il suffit d’avoir seulement quelques produits de base pour tout l’entretien (la plupart ont aussi leur utilité au sein du jardin).

En outre, les produits cités sont des produits dont le prix d’achat est relativement bas, contrairement aux produits tout prêts. En général, ce sont également des produits qui durent assez longtemps, nul besoin d’en racheter toutes les semaines (à moins que vous ayez un château à entretenir 😉 ).

 

Maintenant que nous avons fini notre rapide tour d’horizon des alternatives aux produits chimiques et toxiques pour l’entretien de la maison, c’est à vous de jouer!  J’espère que cela vous a plu et si vous pratiquez déjà le ménage au naturel n’hésitez pas à partager ici vos astuces et recettes.

A très vite, prenez soin de vous et continuez d’être belles au naturel !

 

                                                             Fanny

Dis moi comment est ta peau, je te dirai ce qu’il te faut!

Dis moi comment est ta peau, je te dirai ce qu’il te faut!

Coucou les p’tits loups,

 

Je vous retrouve pour un nouvel article, pour moi il s’agit de la base. En effet, avant d’acheter quoi que ce soit il est important de déterminer son type de peau pour bien cibler ses besoins.

 

Dis, comment ça fonctionne la peau ?

Avant de catégoriser les types de peau, on va s’attarder un peu sur le fonctionnement de cet organe si étendu du merveilleux corps humain.

 

La constitution de la peau

Tout d’abord, l’une des fonctions primordiales de notre peau est la protection contre les agressions physiques et chimiques extérieures. C’est une barrière impénétrable qui s’adapte au milieu ambiant pour préserver le bon fonctionnement de l’organisme.

La peau représente une surface d’environ 2m2. Elle est renouvelée en continue : son cycle de renouvellement est en moyenne de 21 jours. Elle est constituée à 70% d’eau.
La peau est constituée de 3 couches successives qui occupent des fonctions spécifiques et renferment de nombreux composants :
– l‘épiderme (tissu de revêtement quasi imperméable. C’est la couche la plus fine de la peau)peau microscope
– le derme (couche située entre l’épiderme et l’hypoderme. Irrigué par le sang, le derme nourrit l’épiderme)
– l’hypoderme (couche la plus profonde de la peau qui contient les adipocytes qui assurent le stockage des graisses ce qui donne à l’hypoderme le rôle de réserve d’énergie. C’est cette couche qui permet la fixation de la peau sur le corps.

Nous avons vu dans l’article sur la slow cosmétique que la cosmétique n’agissait que sur la partie superficielle de la peau et donc sur l’épiderme.

 

Le renouvellement de la peau

L’hypoderme est composé des cellules les plus récentes. Une peau parait belle lorsque les couches profondes sont lisses.

Lorsque la peau se régénère, les couches les plus profondes remontent à la surface. Lors de la remontée des cellules de la couche basale vers la couche superficielle, elles sécrètent des substances protectrices (par exemple la kératine et les lipides) afin d’échapper à la déshydratation, aux intoxications, aux infections…etc. Les cellules de la peau se forment dans les couches profondes, puis elles remontent progressivement vers la surface où elles finissent par mourir et se détacher. Ceci représente un cycle continue et constitue le renouvellement de la peau.

Il ne faut pas non plus oublier que l’état de notre peau est clairement lié à notre état général. Il est donc primordial de prendre soin de soi. Le sommeil, le rire, la relaxation, les massages…etc. sont autant de gestes à adopter pour une beauté naturelle.

 

Les besoins de la peau

 

On peut répertorier 3 principaux besoins :
– Tout d’abord, le nettoyage quotidien. La peau est soumise aux agressions extérieures et à la pollution et il est primordial d’enlever microparticules, germes et autre saletés qui se sont déposés sur notre peau durant la journée.

– La nutrition. Pour fonctionner, la peau a besoin d’eau et d’huile. Notre corps est certes composé majoritairement d’eau, mais ce qui permet de maintenir le ciment intercellulaire (c’est à dire une partie de l’élasticité et de la fermeté de la peau), c’est l’huile.
Le ciment intercellulaire se situe dans l’épiderme, c’est le « chemin » qu’empruntent les éléments pour passer dans le derme et donc pénétrer dans la peau plus profondément. Il est composé d’acide gras polyinsaturé. L’huile constitue l’unique chose que laisse passer ce fameux ciment intercellulaire.
Les émulsions (ou crèmes) ont composées d’une phase aqueuse (eau) et d’une phase huileuse (huiles et beurres). L’eau va rester à la surface de l’épiderme, elle permet de garder l’hydratation de la peau et le bon fonctionnement de la barrière hydrolipidique. L’huile, quant à elle, va pénétrer dans la peau jusque dans le derme (en passant par le ciment intercellulaire) afin d’apporter tous les acides gras dont notre peau a besoin (pour éviter les rides et le relâchement cutané par exemple).

– Pour finir, l’hydratation. L’eau provenant du derme et arrivant dans l’épiderme va s’évaporer. Il est donc hydratation peaunécessaire de tenter de maintenir cette eau dans notre peau. Pour cela, il est primordial de boire quotidiennement 1,5L d’eau, afin d’hydrater la peau de l’intérieur. L’eau va alors pénétrer les couches profondes de la peau. En effet, l’eau que l’on applique à la surface de notre épiderme ne pénètre pas dans la peau (rappelons que le ciment intercellulaire ne laisse passer que l’huile). De plus, l’eau appliquée sur la peau va avoir tendance à s’évaporer au contact de sa chaleur.

 

Par ailleurs, on conseille généralement de faire un gommage de façon hebdomadaire (ou tous les 10 jours). En effet, les cellules mortes qui se trouvent à la surface de notre épiderme s’éliminent naturellement à la fin du cycle de renouvellement de la peau. Néanmoins, ces cellules mortes ralentissement le travail de renouvellement cellulaire et ont tendance à nous donner un teint terne et pas très joli. En enlevant ces cellules mortes, notre peau va paraitre plus lisse et soyeuse. De plus, le gommage représente une agression qui va « forcer » la peau à travailler plus rapidement afin de reformer la protection anciennement constituée par les cellules mortes.

 

Quels sont les différents types de peaux ?

Bon maintenant qu’on a compris le fonctionnement de la peau, intéressons-nous aux différents types de peau. Eh oui nous avons tous une peau avec des besoins spécifiques qui est différente de la peau de la voisine. Rappelons-le, connaître son type de peau est primordial afin de lui apporter les soins dont elle a besoin et de choisir des produits adaptés.

La surface de notre peau est recouverte d’un film hydrolipidique : un mélange de sueur (qui permet l’élimination de la chaleur et qui joue un rôle important de l’hydratation de la peau et de l’équilibre de la flore cutanée) et de sébum (qui constitue un film protecteur à la surface de la peau, qui empêche l’eau de s’évaporer). La sueur et le sébum forment ce que l’on appelle la flore cutanée.
Les critères déterminant le type de peau sont la quantité et la qualité du film hydrolipidique. Ces variantes sont fonction de l’âge, de l’hygiène de vie, de la santé et de l’environnement extérieur (climat, pollution, vent…)

 

48627

 

On distingue 4 types de peaux :

Peau sèche : La peau sèche manque de sébum (elle a donc besoin d’être nourrie), ce qui engendre une évaporation de l’eau car elle ne dispose pas des lipides dont elle a besoin pour retenir l’humidité et construire une barrière protectrice contre les agressions extérieures. La peau sèche présente de constantes sensations d’inconfort, elle est fine, rêche, elle tiraille après la douche, elle a tendance à peler (desquamation) et est généralement sensible au différences de température et aux agressions extérieures.

Peau normale : La peau normale est équilibrée. En effet, elle n’est ni grasse, ni sèche, elle ne brille pas, ne tiraille pas, ne rougit pas. En général, elle a besoin de peu de produits cosmétiques. Si vous êtes dans cette catégorie vous êtes une petite veinarde :-). Le terme scientifique désignant une peau saine est « eudermique ».

Peau grasse/ à problèmes : La peau grasse s’explique par une surproduction de sébum (à l’inverse de la peau sèche) que l’on appelle séborrhée. La peau grasse a un aspect luisant (brillance), a tendance à être épaisse et terne, elle présente des pores dilatés et des points noirs (comédons).

Peau mixte : La peau mixte est en fait un mélange de peau sèche et de peau grasse. Elle se caractérise par : une peau grasse sur la zone T (entendez par là le front, le nez et le menton) donc avec de la brillance et des comédons alors que sur les joues et les tempes la peau est sèche voire normale.

 

Parallèlement à ces 4 types de peau, notre peau peut présenter des « tendances » :

Peau mature : La peau mature présente des rides, elle est relâchée et perd son élasticité, sa fermeté et sa tonicité.

Peau sensible : La peau présente des rougeurs diffuses (notamment sur les joues mais pas seulement), elle a tendance parfois à démanger ou à brûler. Plus généralement, elle réagit de façon excessive aux agressions extérieures tels que la pollution, la température ou encore le vent, au contact de l’eau ou avec le stress.

Peau déshydratée : La peau manque d’hydratation (= eau). Cela se traduit par des ridules de déshydratation, une sorte d’effet « papier froissé » lorsque l’on pince la peau. Si vous pensez avoir une peau sèche mais que vous observez parfois de la brillance (sébum) sur la zone T c’est que votre peau est déshydratée et non pas sèche.
On peut donc avoir par exemple une peau mixte, mature et déshydratée. Les tendances sont des facteurs en prendre en compte avec notre type de peau afin d’améliorer nos soins.

 

Quels sont les produits adaptés à ma peau ?

 

I Tout d’abord, commençons par les petites merveilles que sont les huiles végétales (j’en suis littéralement dingue !)

? Peau sèche :
Amande douce : apaise, assouplit, adoucit, protège, prévient du dessèchement lié aux agressions extérieures
Argan : nourrit, protège, répare, revitalise, adoucit
Avocat : très riche et nourrissante, assouplit, adoucit, protège
Coco : protège, adoucit, nourrit
Carthame : assouplit, nourrit, répare, revitalise
Germes de blé : nourrit, revitalise
Rose musquée : répare, nourrit, assouplit, anti-tâches
Olive : nourrit, apaise, répare, assouplit, adoucit
Onagre : anti-oxydante, restructurante, hydratante, adoucissante, revitalisante, apaisante
Bourrache : revitalisante, hydratante, anti-âge, fortifiante, calmante, assouplissante
Sésame : Régénérante, assouplissante, anti-oxydante

? Peau normale :
Vous pouvez à peu près tout vous permettre !
Abricot : redonne de l’éclat, bonne mine et tonus,
Carotte : donne de l’éclat, assouplissante, revitalisante
Inca Inchi : assouplissant, nourrit, protège, revitalisante, tonique circulatoire
Jojoba : légère, très pénétrante, apaise, assouplit, protège
Chanvre : assouplit, protège, répare
Argan : nourrit, protège, répare, revitalise, adoucit
Macadamia : restructurante, nourrissante, protectrice, adoucissante, anti-déshydratation, tonique circulatoire, apaisante, très pénétrante
Rose musquée : répare, nourrit, assouplit, anti-tâches, anti-âge

? Peau mixte
Noisette : moyennement astringente, sébo-régulatrice (régule la production de sébum), apaise, adoucit, toucher sec.
Jojoba : légère, très pénétrante, apaise, assouplit, protège. C’est l’huile végétale par excellence pour le visage, elle convient à toutes les peaux. Elle est sébo-régulatrice, sa composition envoie le message à la peau qu’elle a le « gras » qu’il lui faut, résultat : les peaux sèches seront nourries et l’hydratation sera maintenue, les peaux grasses ne produiront plus de sébum.

? Peau grasse/à problèmes 
Baies de laurier : apaise, anti-inflammatoire, purifie, régénérante, astringente, cicatrisante
Noisette : moyennement astringente, sébo-régulatrice (régule la production de sébum), apaise, adoucit, toucher sec
Jojoba : légère, très pénétrante, apaise, assouplit, protège. C’est l’huile végétale par excellence pour le visage, elle convient à toutes les peaux. Elle est sébo-régulatrice, sa composition envoie le message à la peau qu’elle a le « gras » qu’il lui faut, résultat : les peaux sèches seront nourries et l’hydratation sera maintenue, les peaux grasses ne produiront plus de sébum
Nigelle : purifie, fortifie et protège la peau, raffermit, apaise et régénère les peaux à problèmes, cette huile demande des précautions particulières : elle contient des huiles essentielles et ne doit pas être utilisée seule, il faut la mélanger avec une autre huile végétale.
Chaulmoogra : apaise, adoucit, anti-inflammatoire, anti-tâches, nourrissante, protectrice et purifiante, réparatrice, revitalisante
Neem : réparatrice, antibactérienne, nourrissante, émolliente, adoucissante
Calophylle : circulatoire, cicatrisante, assouplissante, donne de l’élasticité, anti-inflammatoire

Je vous rajoute également quelques exemples d’huiles végétales adaptées à des problématiques fréquemment rencontrées, à savoir l’âge, les cicatrices et la perte de fermeté et d’élasticité de la peau :
Huiles végétales anti-âge : Argan, bourrache, chanvre, figuier de barbarie, rose musquée, onagre, macérât huileux de pâquerettes, sésame
Huiles cicatrisantes : rose musquée, argan, macadamia
Huiles raffermissantes : macadamia, figuier de barbarie, abricot

 

mes-huiles-végétales

 

II Passons maintenant aux hydrolats, également appelés « eaux florales »

Pour info, « Un hydrolat (ou eau de distillation) est un extrait de plante aromatique ou non obtenue par entraînement à la vapeur » (Wikipédia). Ce sont des toniques cutanés.

? Peau sèche
Fleurs d’oranger : apaisant, donne bonne mine et de l’éclat, éclaircissant, rafraîchissant, régénérant, calmant
Rose : anti-âge, apaisant, astringent, calme les irritations et rougeurs, rafraîchissant
Tilleul : apaisant, donne bonne mine et de l’éclat, décongestionnant, éclaircissant
Géranium : antibactérien, apaisant, donne bonne mine et de l’éclat, raffermissant

? Peau normale (encore une fois, vous pouvez choisir ce dont vous avez envie, suivant ce que vous recherchez comme odeur ou propriétés)
Camomille allemande : apaisant, donne bonne mine et de l’éclat, cicatrisant, unifiant
Fleurs d’oranger : apaisant, donne bonne mine et de l’éclat, éclaircissant, rafraîchissant, régénérant, calmant
Rose : anti-âge, apaisant, astringent, calme les irritations et rougeurs, rafraîchissant
Tilleul : apaisant, donne bonne mine et de l’éclat, décongestionnant, éclaircissant

? Peau mixte
Thym : antibactérien, sébo-régulateur

? Peau grasse/à problèmes
Achillée millefeuille : anti-inflammatoire, cicatrisant, circulatoire, sébo-régulateur, apaisant
Citron : purifiant, astringent, antibactérien, purifiant, éclaircissant, donne de l’éclat et bonne mine, unifiant, raffermissant
Romarin à verbénone : antibactérien, purifiant, anti-oxydant, sébo-régulateur
Ciste ladanifère : purifiant, astringent, antibactérien, anti-âge, cicatrisant, circulatoire
Mélisse : anti-âge, antibactérien, purifiant, anti-inflammatoire, apaisant, anti-oxydant, raffermissant, cicatrisant
Menthe poivrée : purifiant, astringent, antibactérien, purifiant, circulatoire, rafraîchissant
Lavande : antibactérien, purifiant, tonifiant, régénèrant, astringent, cicatrisant, anti-inflammatoire, apaisant
Tea tree : antibactérien, purifiant
Laurier noble : astringent, antibactérien, purifiant, décongestionnant, rafraîchissant

? Peau mature 
Rose : anti-âge, apaisant, astringent, calme les irritations et rougeurs, rafraîchissant
Bambou : anti-âge, apaisant, raffermissant, régénérant
Cassis : Tonique cutané, anti-oxydant, raffermissant
Encens : anti-âge, cicatrisant, raffermissant, rafraîchissant

 

mes-hydrolats

 

III Maintenant que vous vous êtes fait une idée sur les huiles et hydrolats, place aux argiles

Il y a différents types d’argiles que l’on différencie souvent par leur couleur.

 

L’argile blanche (appelée kaolin) : cette argile relativement douce purifie et assainit les peaux sèches, sensibles et matures. Elle a un pouvoir matifiant et adoucissant.

L’argile rouge : elle redonne de l’éclat aux peaux ternes, elle rend le teint lumineux elle est aussi connue pour apaiser, matifier et détoxifier la peau. Elle atténue également les petites rougeurs.

L’argile rose : il s’agit d’un mélange d’argile rouge et blanche. Elle est adoucissante, apaisante, elle redonne de l’éclat aux teints ternes. Son action est complétée par un pouvoir cicatrisant. Elle est recommandée pour les peaux sensibles.

L’argile verte : Il s’agit sans doute de l’argile la plus connue. Elle est très absorbante, elle a une profonde action nettoyante et purifiante sur les peaux mixtes et grasses. Elle permet en outre de soigner les petits boutons.

L’argile jaune : Cette argile est adaptée aux peaux sensibles et matures. Elle a une action purifiante et exfoliante, elle rend le teint lumineux et permet une diminution des tâches. Elle a également une action tonifiante.

Pour terminer, il y a également le Rhassoul : Cette argile a une action nettoyante, purifiante, désincrustante (assez douce) et adoucissante. Elle convient pour tous les types de peaux.

 

 

masque argile

 

 

Voilà voilà, l’article touche à sa fin. Félicitations si vous êtes parvenu(e) au bout de ce « roman ». J’espère que cela vous aura éclairé pour choisir des produits adaptés à votre peau et motivé pour vous lancer dans la cosmétique naturelle.

Je reviens prochainement pour vous parler cette fois de l’entretien de la maison (bon c’est pas drôle mais il faut bien y passer 🙂 )

A très vite, prenez soin de vous et continuez d’être belles au naturel !

 

 

Fanny