8 éco-résolutions faciles à adopter

8 éco-résolutions faciles à adopter

Coucou les p’tits loups,

 

« Journée de la Terre » oblige (bon c’était hier mais j’ai eu un petit empêchement qui m’a obligée à reporter la publication de cet article au lendemain), j’ai envie de vous parler de 8 résolutions à adopter afin de préserver notre chère planète bleue et de faire notre part du colibri. Bien évidemment, on pourrait faire une liste beaucoup plus longue d’écogestes afin de réduire notre empreinte écologique mais je me contenterai de cela pour le moment, comme on dit « qui va piano va sano ».

 

1. Réduire ses déchets (vrac, compost, sac plastiques, lavables et non usage unique)

Il existe différents gestes à adopter afin de réduire son volume de déchets. Le premier qui me vient automatiquement à l’esprit est le compostage qui permet de recycler ses déchets afin d’obtenir un joli engrais pour les plantations tout en diminuant la quantité utilisée de sacs poubelles et la taille de nos poubelles.

Ils se développent de plus en plus en France ces derniers temps, les magasins proposant d’acheter en vrac sont une option afin de réduire les emballages et donc nos déchets.

 

magasin-vrac-bio

 

Une autre solution c’est aussi de troquer les produits à usage unique contre des produits lavables, comme par exemple les cotons à démaquiller lavables, la coupe menstruelle ou bien les tawashi (en remplacement des éponges et gants de toilettes). En plus de réduire vos déchets, vous réduirez également vos dépenses ;-).

 

 

2. Créer son potager bio

Quoi de mieux pour réduire son empreinte écologique que d’aller chercher directement sa nourriture bio dans son jardin ? Si l’on n’a pas la chance d’avoir un bout de terrain, il existe des alternatives comme par exemple faire pousser quelques légumes ou plantes aromatiques sur son balcon ou dans son appartement, fréquenter des jardins partagés ou bien louer un jardin (oui oui, il existe des sites qui propose de louer ou prêter son jardin).

 

la serre au début du printemps
la serre au début du printemps

 

3. Consommer de manière plus réfléchie

Alors là il s’agit d’un point essentiel selon moi. Il me semble important de réfléchir à nos achats et à notre consommation. Je vais vous épargner le paragraphe sur cette société de sur-consommation mais je pense profondément que nous devons revoir notre façon de consommer.

« Nos choix de consommation sont de la politique en actes » (Pierre Rabhi)

Tout d’abord, j’estime que nous devons consommer moins et consommer local le plus possible (et donc de saison). Ce n’est pas toujours possible mais d’y être sensibilisé est déjà un premier pas. Ensuite, acheter des produits polyvalents est une option, comme par exemple acheter du bicarbonate de soude qui a de multiples utilisations ou les noix de lavage (qui servent de shampooing, de lessive et de liquide-vaisselle).

On peut aussi évoquer la possibilité de diminuer notre consommation de viande (pour rappel: il faut 30.000 à 60.000 litres d’eau pour faire 1 kg de viande de boeuf). Je ne suis pas végétarienne, loin de là, mais je suis consciente que ce petit plaisir a d’énormes impacts sur notre environnement (au niveau écologique mais également en ce qui concerne les conditions de vie – et de mise à mort –  des animaux), c’est pourquoi je tends vers une démarche de réduction de mes achats de viande.

Une autre résolution que j’ai adoptée concerne l’huile de palme, en voyant les conséquences écologiques désastreuses, j’ai choisi de ne plus en en consommer. J’ai pris l’habitude de regarder les ingrédients composant les produits que j’achète et de reposer gentiment dans leur rayon ceux contenant de l’huile de palme. C’est un choix. Comme disait Bossuet, Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. C’est bien de partager sur les réseaux sociaux des articles montrant la gravité de la situation écologique liée à l’huile de palme, mais c’est encore mieux d’arrêter notre consommation.

Vous pouvez également trouver des marques éthiques qui aiguillent votre consommation.

 

4. Réduire ses trajets en voiture et adopter une conduite éco

On ne parlera jamais assez du covoiturage. Il existe pas mal de sites mettant en relation les gens dans une perspective de trajet en covoiturage, pratique économique et écologique.

Habitant à la campagne, à 25km d’une grande ville, nous avons pris l’habitude de « grouper » nos besoins d’aller en ville. Nous ne faisons jamais un aller-retour pour un seul motif, nous regroupons tous nos besoins et nous faisons tout le même jour, ainsi nous ne faisons qu’un trajet aller-retour au lieu de plusieurs.

Même si l’on ne parvient pas à faire du covoiturage et que nous devons prendre la voiture quotidiennement pour aller travailler, on peut tout de même tenter de diminuer l’impact de l’utilisation de notre voiture en adoptant une « conduite éco » (utilisation du start & stop, modération de la vitesse, utilisation du frein voiture…etc).

 

voiture-ecolo-covoiturage-van

 

5. Arrêter l’utilisation de produits nocifs pour la planète

Alors là, je pense qu’il s’agit d’un défi de taille. Je tente d’informer autour de moi de la nocivité de l’eau de javel, des pesticides et engrais en tous genres mais les habitudes sont parfois bien ancrées. Il est pourtant si simple de remplacer les produits ménagers « conventionnels » par des produits biodégradables et non toxiques!

Pour débuter, il vous faut du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude, du savon noir et quelques huiles essentielles et avec cela vous pouvez déjà remplacer presque tous vos anciens produits, que ce soit pour le ménage mais également pour le jardin.

De nombreux produits que l’on utilise polluent nos cours d’eau et il me semble primordial de limiter toute cette pollution domestique (sans même parler de la pollution industrielle). Il y a également certains composants des cosmétiques qui contribuent également à la pollution, comme le Disodium EDTA qui ne s’élimine pas et qui, de surcroît, fixe les métaux lourds… Gloups! C’est pourquoi il est important de passer à la slow cosmétique :-).

 

envt danger

 

6. Réduire sa consommation d’eau

L’eau est une précieuse ressource que nous nous devons de ne plus gaspiller. Pour cela, je vous propose quelques idées. Vous pouvez déjà commencer par arrêter l’eau lorsque vous vous savonnez sous la douche (sinon vous avez des pommeaux avec  « stop douche ») ou lorsque vous vous brossez les dents, diminuer le nombre de bains (ou les prendre à 2 😉 ) . Il existe également certains produits qui peuvent aider aux économies d’eau, comme par exemple les réducteurs ou régulateurs d’eau.

 

economie-eau-robinet

 

Une autre option consiste en la récupération d’eau de pluie afin de pouvoir s’en resservir pour arroser ses plantes ou laver sa voiture. Pour cela, vous pouvez utiliser des contenants de différentes tailles selon l’espace que vous avez : une cube IBC dans votre jardin, un bac ou une bassine dans votre balcon ou même un petit contenant comme un saladier ou un bol sur un rebord de fenêtre, c’est toujours cela d’économisé!

J’ai récemment lu qu’il était préférable de laver son véhicule dans une station de lavage que chez soi avec un tuyau d’arrosage car ça consommerait bien moins d’eau.

 

7. Réduire sa consommation d’énergie au sein du domicile

Dans le même ordre d’idée que la consommation d’eau, vient l’anti-gaspillage d’énergie. Pour cela, quelques simples gestes peuvent être adoptés comme par exemple mettre une multiprise avec interrupteur afin de pouvoir éteindre vos appareils en veille qui consomment bien plus que ce que l’on pense ou encore de faire vos lessives avec des programmes à 30 degrés.

D’autres gestes qui nécessitent un budget plus conséquent peuvent être envisagés. Une réflexion sur la façon de chauffer son domicile est parfois nécessaire. Avant cela, il est primordial de bien isoler (si nécessaire) son logement afin de stopper les pertes de chaleur.

 

economie-energie-maison-gaspillage

 

8. Découvrir les joies du troc et du recyclage

On remue ses méninges et on fait appel à notre créativité que l’on a tendance à délaisser dans cette société qui privilégie le conformisme et la productivité. Sur le net, on trouve de nombreux articles créatifs qui proposent des idées pour fabriquer de la déco avec des rouleaux de papier toilettes, du bois, des rubans récupérés…etc. On peut créer de bien jolies choses avec des objets de récup’ et de l’envie.

 

Pour contrer l’obsolescence programmée, il est possible de réparer, de donner une seconde vie à nos objets. On a pris l’habitude de passer nos dimanches à flâner dans les brocantes, moi qui était sceptique au départ, je prends dorénavant plaisir à chiner et à rentrer avec un livre ou un vieux pot de fleur.

On a également pris l’habitude de troquer des graines pour faire notre jardin et plus particulièrement notre potager. Ceci dans le but d’élargir la biodiversité présente dans notre terrain mais également parce qu’on adore échanger et partager avec les autres.

 

echange-graines-troc

 

Pour préparer mes cosmétiques, je n’achète pas (ou peu) de contenants, je recycle les anciens bocaux, pots à confitures et autres de mes proches, ça a le double avantage de limiter les déchets et de faire des économies.

 

recyclage-ecologie-terre

 

J’espère que cet article vous a plu et vous a inspiré pour intégrer quelques changements dans votre quotidien.

N’hésitez pas à commenter pour me dire quelles sont les éco-résolutions que vous avez prises et lesquelles vous prévoyez de prendre.

 

A très vite et prenez soin de vous et des autres.

 

Fanny

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *